Restez connecté !

ATP

Open d’Australie 2023 : Tsitsipas en mission, après trois tentatives manquées le Grec s’offre enfin sa première finale à Melbourne

Stefanos Tsitsipas Open d'Australie
Source image : Eurosport (screenshot)

Après trois échecs à ce stade de la compétition, Stefanos Tsitsipas passe enfin ce cap. Il s’impose contre Karen Khachanov 7/6 6/4 6/7 6/3 en un peu plus de trois heures de jeu. Le Grec encore invaincu cette année tient la baraque et sera présent lors de la finale dimanche matin.

Un début accroché : des breaks en veux-tu en voilà !

Dans la première manche, les deux hommes se rendent coups pour coups. Stefanos Tsitsipas lance les hostilités avec un premier break, mais Khachanov répond dans la foulée pour se remettre en selle. Le Grec réitère à 5-3, mais encore une fois Karen rétorque. C’est finalement, le Grec qui remporte ce premier set au tie-break sans trembler 7-2. Malgré le gain de cette première manche, l’impression laissée par Stefanos est bizarre. D’un côté il semble maîtriser son match mais on sent tout de même quelques signes de fébrilité. Comme ce temps supplémentaire pris au service qui lui a coûté deux avertissements pour dépassements de temps.

Dans le deuxième set, ce sont les fautes de pied qui font du tort à Tsitsi. Fait quand même rare sur le grand circuit. Mais il reste concentré, peu importe les annonces de l’arbitre. Il tient la distance avec Khachanov jusqu’à ce point qui sera le plus beau de cette rencontre. Le n°4 mondial résiste à trois smashs de son adversaire, le fait reculer et conclut par un coup droit croisé stratosphérique. Du grand art. Après ce coup de massue, le Russe ne gagne plus un point du set, laissant s’envoler la tête de série n°3.

L’odyssée inutile de la troisième manche 

Tout va mieux dans le début du troisième set. Tsitsipas déroule facilement. Il fait galoper Russe et a clairement la finale en vue. Mais soudain, avec les casse-tête dont il a le secret, Tsitsi se lance tout seul dans un dédale infernal. Il ne s’est pas fait breaker pendant 35 minutes, mais à 4-5, le Russe débreake et revient à 5-5.

Apostolos hurle à son fils de se concentrer à coup de « Focus, focus », mais rien n’y fait ! Khachanov n’en demandait vraiment pas tant et saute sur l’occasion de dérégler la mécanique du Grec. Les deux hommes vont jusqu’au tie-break et encore une fois le chouchou du public mène la danse. Il se procure deux balles de match à 6-4. Occasions sauvées de main de maître par la TdS n°18, tout en puissance. Une véritable déferlante jouant avec les lignes. Stefanos est dépassé et craque sur les quatre derniers points du set.

Embarqué dans un quatrième set, le Grec remet les pendules à l’heure en menant rapidement 3-o. Si on a connu un Tsitsipas qui pouvait prendre du temps avant de se remettre en confiance dans ce genre de situation, ce n’est plus le cas désormais. La réaction est immédiate et fait mal. Comme on dit « il faut faire attention à la bête blessée ». S’il vendange une balle de match avec un coup droit trop long, il conclut à sa seconde tentative en évitant des sueurs froides. Score final, 7/6 6/4 6/7 6/3, soulagement palpable après trois échec en demies.

Après une demi-finale comportant quelques rebondissements, le 4e mondial tient enfin sa finale à l’Open d’Australie, dans sa deuxième maison. Stefanos Tsitsipas affrontera le vainqueur du match entre Tommy Paul et Novak Djokovic. Mais qu’on soit clair, après la phrase du Serbe en conférence de presse, on se doute bien que Stefanos attend le Djoker, même s’il sait que ce sera plus dur. Un premier titre du Grand Chelem, la place de n°1 mondial et une vengeance sont en jeu. 

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles dans ATP